Course 8 – Ernée

Huitième GP de la saison, Ernée marquait le retour des pilotes MX1 et MX2 en Europe.

Sous un ciel gris et une température fraîche, José Butron signe le holeshot de la première manche MX2 devant Jeffrey Herlings (parti du centre de la grille malgré son gros crash la veille) , Dylan Ferrandis, Harri Kullas et Jake Nicholls. Dans le premier tour, Banks-Brown et James Dectois chutent. Un tour plus tard en bas de la grande descente, Ferrandis fait l’extérieur sur Butron. Auteur du holeshot, l’espagnol perd des places en début de manche et ne peut suivre le rythme des leaders. Grâce au soutien du public, Ferrandis signe les meilleurs temps en course et revient sur Herlings tout en emmenant avec lui Glenn Coldenhoff. Alessandro Lupino et Mel Pocock sont tous deux contraints à l’abandon sur problèmes mécaniques, suivi peu après par Dean Ferris vainqueur de la manche qualificative la veille. Au même moment Jordi Tixier et Nicholls se battent pour la cinquième place. Suite à une erreur de Tonkov en haut d’une montée, Christophe Charlier percute l’arrière de la Honda et part à la faute. Un temps dans la roue du leader, Ferrandis voit Coldenhoff revenir sur lui en fin de manche. Herlings remporte la course non sans avoir été menacé, il devance Ferrandis, Coldenhoff, Tixier et Butron.

Dans l’obligation de riposter après son abandon en première manche, Ferris prend la tête des opération en bout de ligne droite devant Tixier, Nicholls, Butron et Ferrandis. Opportuniste, Tixier passe en tête sur le triple face au public avant de chuter quelques mètres plus loin. Il laisse donc Nicholls mener la course devant Ferris et Ferrandis à l’entame du premier tour. Sur la lancée du premier débat, Ferrandis attaque pour s’emparer de la tête alors que Coldenhoff passe par la pit-lane. Menacé pour la victoire du GP, Herlings passe en troisième position quand son rival du week-end prend la tête. Malheureusement, Ferrandis part à la faute et repart devant Charlier. A terre dans la première course, Decotis l’est aussi dans la seconde. Pour la seconde fois de la course, Nicholls est en tête et doit contenir le leader du championnat et les deux Français. A quinze minutes de la fin, c’est le moment où Herlings passe à l’offensive là où Ferrandis avait doublé l’anglais. Le duel pour la sixième place oppose Ferris et Lupino. En tentant de doubler Nicholls, Ferrandis commet une erreur dont profite Charlier pour partir à l’assaut du pilote KTM. Menacé par le pilote Yamaha, l’anglais cale en bas de la descente d’arrivée et laisse passer le français et le russe Tonkov. Une nouvelle fois Herlings s’impose devant Ferrandis, Charlier, Tonkov et Nicholls.

1

Vainqueur de la manche qualificative, Antonio Cairoli signe une envolée parfaite devant Jérémy Van Horebeek, Clément Desalle, Gautier Paulin et Davide Guarneri. Comme Ferrandis en MX2, Paulin attaque dès le premier tour et prend le meilleur sur Desalle. Vexé, ce dernier réagit et double Van Horebeek comme le Français quelques instants plus tôt. En retrait derrière le duel qui oppose Xavier Boog et Joel Roelants, Max Nagl en profite pour doubler les deux pilotes dans le même virage. Comme c’est le cas depuis quelques GP, les Belges Van Horebeek et De Dycker sont en bagarre et le pilote KTM prend le dessus. Suite à une glissade de l’arrière de Cairoli, Paulin se retrouve leader à l’abord des dix dernières minutes. A la lutte pendant vingt minutes, Searle et Nagl se passent et se repassent tour après tour. Les dernières minutes de courses sont intenses au moment où les leaders arrivent sur les pilotes retardataires qui vont gênés l’italien. Paulin gagne la manche devant un public en délire, il devance Cairoli, Desalle, Van Horebeek et De Dycker.

Bis repetita au second départ où Cairoli est devant Boog, Guarneri, Desalle et Strijbos. Au bout de la ligne droite de départ le pilote Honda Nagl perd l’avant de sa monture et emmène à terre avec lui Van Horebeek, Rui Goncalves, Evgeny Bobryshev et Jonathan Barragan. L’attaque de Searle sur Guarneri dans le premier tour provoque l’erreur de l’italien qui bloque légèrement Paulin. Leader, Cairoli profite du bouchon créé par Boog pour s’échapper. Ce dernier second pendant plusieurs tours craque légèrement et perd trois places en deux tours après quinze minutes. Gêné au départ par la chute collective, Paulin revient petit à petit aux avant-postes mais ne pourra combler le retard le séparant du leader. Dans les dernières minutes Nagl part par deux fois à la faute. Cairoli remporte la deuxième manche devant Desalle, Searle et Paulin. Il gagne également le GP devant le français et le belge.

>> Retour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *