Beto Carrero

Dernier GP oversea du calendrier 2012, le Brésil et la piste de Beto Carrero. Sur un tracé typé Supercross rendu boueux par la pluie discontinue qui s’est abattue toute la nuit, le départ était donc primordial pour avoir le champ libre sans projection de boue dans les lunettes. Dans des conditions extrêmes comme celles-ci, il est étonnant de voir partir Tommy Searle seul pilote équipé de tears-off. Mais à ce petit jeu là, ce n’est pas l’anglais qui réalise le meilleur départ mais Jordi Tixier devant Max Anstie et Van Horebeek. Parti quatrième, Roëlants chute au second virage ce qui profite à Searle. Christophe Charlier est quatrième derrière Tixier premier pilote qui est parti à la faute, il est suivi quelques instants après par Van Horebeek pourtant leader qui chute à deux reprises et repart devant Anstie. Le début des ennuis commence pour Dylan Ferrandis qui chute à plusieurs reprises et finira à la quinzième position. En début de course Herlings est septième tandis que son plus sérieux rival est en tête et fait la bonne opération. Beaucoup de pilotes passent par les stands pour changer de lunettes ou pour abandonner. Bagarre pour la seconde position entre Charlier, Herlings et Van Horebeek sur un circuit mono-trajectoire où les grands pilotes par la taille sont avantagés pour rattraper la moto. Anstie visiblement à l’aise dans la boue met la pression sur le leader du championnat et le passe sur la table d’arrivée. Devant Charlier et Searle sont roue dans roue quand le pilote Kawasaki fait le pari osé de rentrer au stand pour changer de gants et, de ce fait laisse le Français en tête à 10 minutes de la fin. Reparti troisième, l’Anglais cravache et repasse rapidement en seconde position 8 secondes derrière le leader. Searle est sur un gros rythme et ne met pas longtemps à retrouver les commandes de la course. D’ailleurs trois Anglais sont dans les six premiers, des conditions qui semblent ne pas les déranger, au contraire d’Herlings qui chute et termine douzième. La victoire revient à Searle devant Charlier, Van Horebeek, Anstie et Nicholls. Habitué des bons départs, José Butron signe une envolée parfaite en seconde manche en devançant Searle, Charlier, Lupino et Roëlants. Le britannique tente bien de prendre le leadership mais commet quelques erreurs. Comme en première manche Tixier chute dès le début de la manche. La piste a toutefois séché et les dépassements sont durs car la piste ne possède qu’une bonne ligne que tout le monde emprunte. Searle attaque pour avoir le champ libre mais n’arrive toujours pas à doubler l’Espagnol qui fait de la résistance. Suite à une erreur de ce dernier il cède deux places dans le même tour et se retrouve troisième derrière Searle et Charlier, alors que la bagarre commence entre Roëlants et Herlings un peu plus loin derrière sous les yeux de Lupino qui tient le rythme des hommes de têtes. Après avoir doublé Roëlants, Herlings est derrière un Butron bien décidé à ne laisser passer personne. La chute de Lupino profite à Anstie. A mi-course, Searle possède 14 secondes d’avance sur le second, Charlier qui va chuter et repart septième devant Anstie et Nicholls. A noter une petite sortie de piste du pilote KTM Herlings à la troisième position. Searle s’impose devant Butron et Herlings et gagne le GP et est sur la plus haute marche d’un podium inhabituel composé de Charlier (second) et Buton (troisième). Il fait même coup double en réduisant de moitié l’écart qui le séparait du pilote Hollandais.

556813_387669627949780_279554493_n

En catégorie reine, rien d’étonnant de voir Christophe Pourcel partir devant suivi de Gonçalves, Ferris, Bobryshev et Cairoli alors qu’au premier virage De Dycker et Guarneri sont à terre et Desalle pointe à la vingt-troisième place à la fin du premier tour. Pourcel creuse vite l’écart en tête de la course alors que Ferris tient toujours la troisième position, habitué à ses conditions en championnat Australien. Second jusque là, Gonçalves chute devant la pit-lane et laisse la seconde place à Ferris. Très en verve depuis le Mexique, Phillipaerts est juste derrière les deux officiels Honda et se bat avec Desalle pour la septième place avant de doubler les pilotes Honda coup sur coup, rapidement suivi dans son sillage par Gautier Paulin. Plus loin De Dycker chute à nouveau devant les stands. Devant, Pourcel compte même jusqu’à deux minutes quinze sur le second qui est rejoint par Phillipaerts. Sous pression Ferris chute tout comme Bobryshev. Victoire de Pourcel devant Phillipaerts, Paulin, Gonçalves et Strijbos. Un homme enfoui dans les profondeurs du classement signe le holeshot de la seconde manche, cet homme c’est Tanel Leok devant Pourcel C et Xavier Boog. Mauvaise opération pour Cairoli qui chute alors qu’il semblait réaliser le meilleur départ. Seul en tête, Leok creuse vite un petit écart avec derrière lui une explication à venir entre les pilotes KRT avant que Paulin ne chute, laissant la quatrième place à Strijbos. Il repart un peu plus loin en compagnie de Goncalves et Barragan. Sur un circuit où les ornières sont nombreuses, Phillipaerts part à la faute et perd une place. Antonio Cairoli quant à lui revient petit à petit aux avant-postes. Débarrassés de Leok, les deux Français mènent la danse en tête de la course avec une marge importante sur le troisième homme (Leok). Son coéquipier Desalle fait preuve d’une rapidité exemplaire et revient aux basques de Strijbos et le double, tout comme Bogg qui prend la tête. En fin de manche, Pourcel et Desalle reviennent sur Boog. Passé second suite à une erreur de Pourcel qui tentait de doubler Boog, Desalle met la pression sur le pilote Français mais la victoire revient à Boog devant Desalle et Strijbos. Pourcel quatrième remporte le général devant Phillipaerts et Strijbos.

Prochain GP les 02 et 03 Juin à Saint Jean d’Angély (France).

>> Retour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *